Les différentes formes d’hypnose

pendule pour de l'hypnose

Si l’hypnose fascine, c’est sans doute par tous les champs d’applications dont elle fait l’objet.

Depuis deux siècles, elle a su se montrer efficace dans les préambules de la psychologie, mais également lors des plus gros conflits mondiaux en gestion des blessures physiques et psychologiques en suite des horreurs de la guerre, dans la pure expérimentation  pour connaître les possibilités de l’état d’hypnose.

La justice et l’armée ont également fait appel à l’hypnose avec plus ou moins de succès pour la récupération de souvenirs,   mais également les salles de spectacles ou la rue lors de démonstrations qui ont de tout temps émerveillés, mais également participé à entretenir un certain flou sur ce qu’est réellement l’hypnose.

Voici différentes formes d’hypnose.

 L’hypnose de spectacle

L’hypnose de spectacle n’est pas une pratique récente dans l’histoire de l’hypnose moderne, il existait déjà des stars de l’hypnose de spectacle au 19ème siècle, comme Alfred Edouard D’Hont, alias Donato, rencontrant un énorme succès entre 1870 et 1880.

L’hypnose de spectacle repose sur plusieurs grands principes, et le déroulé d’un spectacle d’hypnose se compose généralement de plusieurs étapes :

–           Test de réceptivité sur un groupe et sélection des meilleurs sujets

–           Induction

–           Enchainement de phénomènes hypnotiques entrecoupé de réinductions de type       sommeil “

–           Réveil

Les hypnotiseurs de spectacle maîtrisent les dynamiques d’hypnose de groupe, cependant la sélection des sujets et le rythme imposé d’un spectacle excluent de fait une large partie de la population.

L’hypnose thérapeutique

L’hypnose dans le cadre de la thérapie représente une des façons d’aller le plus loin dans l’état d’hypnose, l’hypnotiseur disposant en moyenne de plusieurs heures pour développer l’hypnose, il aura le temps d’utiliser toute la palette d’outil dont dispose l’hypnose, et d’entraîner ses sujets aux phénomènes hypnotiques les plus puissants.

Bien que beaucoup moins pratiquée aujourd’hui, l’hypnothérapie peut également se pratiquer en groupe, les Russes ont proposé dans les années 50 des “ hypnotariums “  accompagnant des sujets notamment dans le domaine obstétrical

“ A Leningrad et à Kiev sont créés des centres de préparation à l’accouchement sous hypnose….

Prépares selon des méthodes “ psychoprophylactyque  “, les femmes en état hypnoïdes, d’une façon générale, accouchent plus rapidement et sont dans un meilleur état après l’accouchement, de plus, sortant de l’état d’hypnose à l’instant même de la naissance de l’enfant, elles ont plus aptes à l’accueillir dans de bonnes conditions.

Cependant, en 1951, selon. Selon les directives de Staline lui-même, les chercheurs soviétiques doivent abandonner toute référence à l’hypnose jugée “ bourgeoises “ et idéaliste “

Ces hommes qui nous accouchent, De Marie-José Jaubert

Vous pouvez retrouver plus de détails sur l’hypnose thérapeutique sur le site d’Olivier Peyrega : https://www.peyrega-hypnose-paris.fr/hypnotherapie.

L’hypnose expérimentale

Un des cadres les plus passionnants et pourtant les moins connus de l’hypnose est l’expérimentation, le but des expérimentations fut souvent de mieux connaître les possibilités de l’état d’hypnose  et/ou  de tenter de classer les niveaux de transes hypnotiques.

Un des premiers à se prêter à l’exercice sera Pierre Janet en 1889, si ces expérimentations de la transe somnambulique ne concernent que quelques sujets choisis, ces travaux, décrit entre autres dans “ les médications psychologiques “ restent aujourd’hui une mine d’or d’observations sur l’état d’hypnose.

Pierre Janet tentera de classer les différents états d’hypnose (principalement somnambulique)  selon certaines constatations de manifestations physiologiques et psychologiques.

Intelligent et prudent, il précisera néanmoins que ces constatations ne pouvaient représenter des classifications précises et arrêtées.

En 1959, c’est André Weitzenhoffer et Ernest Hilgard qui tenteront à l’aide de nombreuses et rigoureuses expérimentations de concevoir une échelle de “ susceptibilité hypnotique “ dite “ échelle de Stanford “.

Cette échelle tentera de mesurer la profondeur en fonction de la réponse des sujets aux suggestions des hypnotiseurs.

Cette expérience représenta une réelle volonté de comprendre et mesurer l’état d’hypnose en amenant une rigueur scientifique avec une standardisation des inductions, un parti pris d’angle et de mesure pouvant être discuté, mais représentant néanmoins une source d’informations très précieuses.

Milton Erickson expérimentera l’hypnose tout au long de sa vie, d’abord sur lui-même dans une autorééducation à l’âge de 17 ans à la suite à une grave crise poliomyélite, mais également sur les milliers de sujets tout au long de sa carrière, beaucoup de ces expérimentations en hypnoses nous renseigneront sur les possibilités de l’état d’hypnose, que ce soit par curiosité avec son ami Aldous Huxley sur les niveaux de transe et sur les possibilités de la mémoire ( L’intégrale des articles de Milton Erickson sur l’hypnose, Tome 1, Édition Satas ),  mais également de manière plus rigoureuse et contrôlé sur l’altération des processus sensoriels, perceptifs et psychologiques sous hypnose ( L’intégrale des articles de Milton Erickson sur l’hypnose, Tome 2, Édition Satas,  )

La majorité des expérimentations de Milton Erickson aura consisté à évaluer les possibilités de l’état d’hypnose non accessible à l’état “ conscient “ prouvant habilement au passage l’existence d’un état pouvant accéder à certaines capacités psychiques ou physiologiques.

Milton Erickson écrira plusieurs fois en conclusion de ses expérimentations que la plupart des résultats obtenus ne représentaient selon lui qu’une infime preuve des grandes capacités de l’état d’hypnose, encourageant fortement les futurs hypnotiseurs à continuer ce travail d’expérimentation.

Chaque personne peut à son niveau expérimenter en hypnose.

Que ce soit sur la mémoire, sur des modifications physiologiques avec certains appareils de mesures telles que le rythme cardiaque, un contrôle de température pour refroidir ou réchauffer une main, il suffit d’un peu d’imagination et de rigueur pour expérimenter en hypnose.

Démonstration et hypnose de groupe :

Si l’hypnose de spectacle n’a pour but que de divertir, une démonstration d’hypnose peut se faire dans des cadres et pour des buts différents, à titre d’exemple, j’ai pu pratiquer des démonstrations d’hypnose lors de formations, de conférences ; dans un hôpital psychiatrique, lors de performances artistiques, etc. …

Préparation mentale

Bien que Milton Erickson ait en son temps aidé de nombreux sportifs de haut niveau comme l’équipe olympique américaine de tir de précision, la préparation mentale à l’aide de l’hypnose est malheureusement très peu utilisée de nos jours et demanderait à être développée tant les possibilités pour l’optimisation du mental du sportif sont énormes.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*