Culottes menstruelles et serviettes hygiéniques… Faut-il passer aux protections hygiéniques lavables ?

des serviettes hygiéniques non réutilisables

À l’heure actuelle, les enjeux écologiques commencent à atteindre les consciences de la plupart des personnes. Nous commençons effectivement à comprendre l’intérêt de préserver notre planète, de respecter l’environnement, au risque, notamment de s’autodétruire.

De ce fait, de nombreuses mesures en faveur d’une meilleure protection de la nature voient le jour. Et même dans notre quotidien, la tendance est plus verte que jamais. Entre autres, le plastique et les produits chimiques, jugés comme étant une menace pour l’environnement, sont délaissés et remplacés par des alternatives jugés plus écologiques ou plus bio. Justement, le phénomène touche aussi même les aspects les plus intimes de notre vie.

Après l’avènement des couches pour bébé réutilisables, viennent aussi et désormais les protections hygiéniques lavables. Mais sont-elles réellement plus fiables ? Peuvent-elles réellement remplacer les traditionnelles serviettes hygiéniques et tampons à usage unique ? Zoom sur l’importance de cette solution plus respectueuse de la nature et du corps féminin…

Les productions périodiques jetables jugées dangereuses

Serviettes hygiéniques, tampons, protèges slips jetables… Autant de solutions qui semblent rendre le quotidien des femmes plus confortables et plus simples. Ces protections à usage unique sont tellement pratiques qu’elles constituent à elles seules une industrie prospère, et encore loin de se faire déstabiliser par de nouvelles alternatives.

Et pourtant, de plus en plus de consommateurs réalisent que ces solutions, mises en place depuis des années au point de devenir la norme, représentent un réel danger, tant pour la santé que pour l’environnement :

Une menace pour la santé

La première menace touche le bien-être et la santé féminine. Vous êtes-vous déjà demandé ce que contient une protection intime à usage unique ? À vrai dire, le secret n’a été révélé que depuis peu par certaines marques, d’autant plus qu’aucune loi n’oblige à ce jour les fabricants à afficher la composition de leur produit sur les emballages…

Cela dit, parmi les matières premières mentionnées comme utilisées dans la fabrication des serviettes et des tampons jetables, on distingue notamment :

  • Des fibres : produits dérivés du bois, traités pour le blanchiment ou dont la texture a été modifiée ;
  • Des composants super-absorbants, probablement des polymères super absorbants, c’est-à-dire du polyacrylate qui est un dérivé du pétrole ;
  • Des produits dérivés du coton ayant subi des traitements chimiques ;
  • Des produits synthétiques et plastiques : latex synthétique, rayonne, polypropylène, polyéthylène, polyester, parfums et colorants synthétiques, etc.

Rien de bien dangereux en apparence. Mais, face au mutisme des fabricants de protections intimes, ou au manque d’informations, notamment sur la quantité de chaque ingrédient, de nombreux organismes ont décidé de prendre les devants en étudiant de plus près la composition de ces protections hygiéniques jetables. Il s’agit entre autres de l’ANSES (ou Agence nationale de sécurité sanitaire), qui, en 2016, a réussi à démontrer qu’ils contiennent de nombreuses substances chimiques.

Par exemple, la serviette hygiénique jetable renferme des résidus de pesticides et des herbicides, notamment le lindane ou le glyphosate. Alors que ces produits sont considérés comme cancérigènes. De même, les tampons contiennent des dioxines, des phtalates, des furanes, et des HAP (ou hydrocarbures aromatiques polycycliques). Des composés qui sont également considérés comme cancérigènes en plus d’être des perturbateurs endocriniens, d’entraîner des mutations, ou même de nuire à la fertilité.

D’après l’étude de l’ANSES, ces produits chimiques ont été retrouvés dans les serviettes et tampons en quantité tellement infime qu’ils ne peuvent être considérés comme nuisibles. Mais, vous savez, les utilisatrices doivent réellement s’inquiéter, car, d’après les statistiques, une femme peut utiliser jusqu’à 10 000 protections intimes au cours de sa vie !

Un autre problème est que les effets des composants chimiques n’attendent pas des années avant de se manifester. Déjà, différents additifs, les colorants comme les parfums chimiques, peuvent réellement créer un inconfort pour de nombreuses femmes : irritations, mauvaise odeur, démangeaisons, prurits, allergies, et autres problèmes cutanés apparaissent pour celles qui sont intolérantes à certaines substances dans les protections hygiéniques à usage unique.

Une menace pour l’environnement

De nombreux écologistes alertent sur la menace qui plane sur notre planète : nous la détruisons, car nous sommes trop polluants. Les protections hygiéniques jetables représentent un exemple concret de danger pour l’environnement, une fois de plus à cause de leur fabrication : elles contiennent essentiellement du plastique, un des pires ennemis de la nature.

Eh oui ! Le plastique se retrouve quasiment dans toutes les couches des serviettes hygiéniques jetables et dans la composition des tampons. Pire encore, ces protections sont parfois emballées individuellement dans du plastique avant d’être empaquetées dans du plastique. D’après certaines marques de serviette hygiénique lavable et culotte réutilisable, elles seraient constituées à 90% de plastique ! Justement, même si nos déchets finissent à la poubelle, et que nous tentons de nous calmer l’esprit en se disant qu’ils seront peut-être recyclés ou qu’ils finiront calcinés dans une décharge, le danger reste bien réel.

Ce, parce que la plupart des plastiques finissent dans la nature. Savez-vous, par exemple, que les protections intimes jetables sont le cinquième déchet plastique le plus retrouvé sur les plages ? De même, beaucoup de femmes jettent leurs protections hygiéniques usées dans les toilettes. Et finalement, tout ce plastique atterrit dans les océans pour les polluer davantage qu’ils ne le sont déjà !

Pire encore, il a été prouvé que le plastique met plus de 500 ans pour se dégrader complètement dans la nature. Mais en attendant, les déchets plastiques s’accumulent, continuent d’envahir la nature, que ce soit dans les océans ou dans la terre, où les substances chimiques qu’ils contenaient contaminent aussi l’environnement.

Mais le plastique n’est pas la seule menace écologique du moment. Les protections jetables comme le tampon ou la serviette hygiénique contiennent du coton. Et pourtant, cette plante, avant de pouvoir être intégrée dans ces produits, consomment jusqu’à 30 000 litres d’eau pour pousser correctement. Ce, sans compter l’utilisation de pesticides durant la culture du coton ! D’ailleurs, à ce sujet, d’après les statistiques, un quart des pesticides mondiaux sont uniquement utilisés pour cultiver le coton !

Une menace pour le budget

Supposons que les menaces susmentionnées n’existent pas, ou que vous n’en êtes pas convaincues. Supposons que vous vous sentez moins concernées, car vous avez par exemple opté pour des protections jetables bios, testées en laboratoire, ne contenant pas ou peu de produits chimiques et donc sans danger pour le corps. Supposons aussi que cette alternative reste beaucoup plus pratique, car vous n’avez pas le temps, ni l’énergie nécessaire pour entretenir des serviettes lavables ou des culottes périodiques.

Notre ultime argument est que ces protections jetables représentent un gouffre financier ! Faites le calcul : combien de paquets devez-vous acheter par cycle menstruel ? De combien de protections avez-vous besoin en une année ? Et combien d’année allez-vous encore devoir dépenser toute une fortune pour des produits à la composition douteuse et nuisible pour la nature ?

Si des doutes persistent quant aux réels dangers des protections hygiéniques à usage unique (notamment du fait que les fabricants gardent précieusement secret leur composition), la menace pour le budget est bel et bien réel… Après toute une vie, il sera trop tard pour constater à quel point c’est une grave erreur de s’en tenir aux protections jetables. Pour faire des économies, la meilleure solution reste de se tourner vers les culottes périodiques lavables, les serviettes hygiéniques réutilisables, ou toute autre alternative plus respectueuse de votre corps et de votre planète.

Les protections hygiéniques lavables : une meilleure alternative

Mieux informées qu’autrefois, et plus consciencieuses des dangers que représentent les protections intimes à usage unique, de plus en plus de femmes se tournent vers différentes alternatives beaucoup plus avantageuses sur de nombreux points. Parmi elles, on retrouve la culotte de règles, la coupe menstruelle, le protège-slip lavable ou encore la serviette hygiénique réutilisable. Toutes ont un point en commun : elles sont réellement écologiques et économiques ! Mais ce n’est pas tout…

Les avantages des protections périodiques réutilisables

Le plus important, c’est avant tout d’utiliser une protection intime qui ne nuit pas à votre santé. En effet, elle est composée uniquement de produits naturels et doux pour la peau. De plus, elle ne contient pas de substances toxiques qui irritent, démangent ou risquent de causer des problèmes de santé plus ou moins graves. Prenons l’exemple des protections hygiéniques d’Intimya :

La serviette hygiénique lavable de cette marque est composée de quatre couches :

  • La première couche est en fibres de bambou ;
  • La second ainsi que la troisième est réalisée en coton ;
  • Tandis que la partie extérieure est en polyuréthane.

La culotte menstruelle, quant à elle, est aussi composée de différents tissus :

  • Essentiellement du coton bio ou de la fibre de bambou pour la surcouche d’entrejambe ;
  • Du nylon et de l’élasthanne pour la partie extérieure imperméable.

En d’autres termes, vous êtes certaine d’utiliser une protection hygiénique inoffensive et exempte des produits chimiques utilisées dans les modèles traditionnels. D’ailleurs, vous n’avez ni colorant, ni parfum, ni autres substances censées améliorer votre confort ou « masquer l’odeur ». De toute façon, le sang des règles n’est pas malodorant comme beaucoup tentent de le faire croire !

En outre, compte tenu du fait que vous avez essentiellement des matériaux naturels, vous contribuez à la préservation de l’environnement. Par ailleurs, à ce sujet, les protections intimes lavables sont, comme son nom l’indique, à réutiliser pendant de nombreuses années (jusqu’à 5 ans voire plus avec un bon entretien). Aussi, vous réduisez considérablement vos déchets plastiques du quotidien en recourant aux culottes menstruelles ou aux serviettes lavables. Et la planète vous remerciera pour ce geste écologique.

Un autre avantage non négligeable est la facilité d’utilisation. Pour passer des protections jetables aux modèles réutilisables facilement, vous n’avez qu’à opter pour la solution la plus similaire, mais en mieux !

Par exemple, si vous avez l’habitude de porter des serviettes hygiéniques jetables, vous pouvez basculer aisément vers les serviettes hygiéniques réutilisables. Une serviette lavable est meilleure sur plusieurs points en matière de confort d’utilisation, entre autres :

  • Elle est plus saine pour le corps ;
  • Elle plus douce ;
  • Elle ne glisse pas grâce au bouton pression qui la maintient en place ;
  • Il n’y a pas de risques de fuite ni de sensation d’humidité ;
  • Vous pouvez la glisser discrètement dans une poche de votre sac à main.
  • Vous pouvez la porter jusqu’à 12 heures d’affilées ;

Et l’entretien n’est pas aussi compliqué qu’il n’y paraît ! En effet, vous devez juste bien rincer à l’eau avant de mettre à la machine à laver à 30°C. Puis, vous laissez sécher à l’air libre et le tour est joué !

De surcroît, ces produits existent en différentes tailles suivant votre morphologie. Ainsi, la culotte hygiénique est disponible de la taille 32 à 52 suivant votre besoin. De même, la serviette hygiénique lavable se décline en taille S, M, L, voire XL pour les flux très abondants.

Enfin, les protections hygiéniques lavables coûtent relativement moins chères que les serviettes et tampons à usage unique. D’après le journal Le Monde, une femme dépenserait jusqu’à 120 euros par an en moyenne juste pour passer ses règles.

Mais si vous passez aux protections lavables, vous achèterez des lots de serviettes hygiéniques ou de culotte pour règle une seule fois et cela s’arrête là ! C’est un investissement qui en vaut la peine, car vous n’aurez plus à vous soucier de votre budget mensuel à chaque fois que vous aurez vos menstruations.

Les différents types de protections hygiéniques lavables

Outre ces avantages précités, les protections hygiéniques lavables sont aussi intéressantes dans la mesure où elles existent en plusieurs types suivant vos exigences, votre flux, votre mode de vie, votre besoin de discrétion, ou encore votre budget.

Parmi les plus célèbres figurent la coupe menstruelle ou tout simplement « cup » pour les initiées. En l’espace de quelques années depuis son apparition, elle a réussi à conquérir de nombreuses femmes, convaincues de sa praticité et de son confort d’utilisation. Tout comme le tampon, elle s’insère dans le vagin, sauf que vous devez la vider de temps en temps (suivant votre flux), lorsque la coupe en silicone souple est pleine.

Puis, vous avez la serviette hygiénique lavable qui vient remplacer la serviette jetable. En fait, elle a tous les avantages de celles-ci, mais sans les inconvénients. En effet, en tant que serviette lavable, elle ne pollue pas, elle ne contient pas non plus de substances toxiques et n’irrite donc pas la peau ! Comme dit, elle a tous les avantages d’une serviette hygiénique à usage unique : elle est facile à ranger et à transporter, elle est disponible en différentes tailles et épaisseurs et elle ne glisse pas dans la culotte ! Pour un réel confort d’utilisation, les fabricants en vendent par lot de 4, 6 ou 10 serviettes hygiéniques réutilisables dans différents coloris et motifs chatoyants.

Ensuite, il existe aussi des culottes pour les règles. C’est certainement une des plus grandes innovations jamais réalisées pour le confort féminin ! En effet, une culotte menstruelle se porte comme une culotte ordinaire, mais elle est imperméable, donc parfaitement adaptée pour retenir dans ses fibres le sang durant les règles. Elle offre un réel confort, car vous oubliez quasiment que vous avez des règles : c’est une protection beaucoup plus fine, plus esthétique (disponible avec de la dentelle par exemple) et plus discrète que les serviettes. Et elle s’utilise uniquement à l’extérieur, donc moins de risque pour la santé.

D’ailleurs, les risques sont nuls, car la culotte périodique est fabriquée dans des matériaux qui respectent votre corps, votre bien-être et l’environnement.

Les protections hygiéniques réutilisables facilitent réellement le quotidien. Et c’est justement le cas des protège-slips lavables. Tout comme avec la serviette hygiénique lavable, ils sont la version écologique de leur homologue jetable. Ils servent notamment à protéger votre lingerie des pertes blanches, des fuites urinaires ou des gouttes de sang en début comme en fin de règles.

Les inconvénients des protections hygiéniques réutilisables

Le plus gros doute des femmes concerne l’entretien des protections hygiéniques lavables. En effet, pour pouvoir les réutiliser, il faudra donc prendre le temps de les laver, faire de la place dans ses lingeries pour les ranger, et trouver un endroit adéquat pour les faire sécher. À vrai dire, l’entretien d’une culotte de règle ou d’une serviette hygiénique lavable n’a rien de sorcier. Vous devrez juste réaménager un peu votre emploi du temps pour pouvoir prendre soin de vos nouvelles protections périodiques.

Par exemple, le soir après le travail ou le matin avant de commencer la journée, laissez vos culottes et vos serviettes tremper dans de l’eau. Vous pouvez alors les nettoyer plus aisément lorsque vous aurez le temps, après vos règles. Sinon, si vous n’aimez pas voir votre linge sale s’accumuler, le prélavage ne prend pas beaucoup de temps. Puis, vous pouvez vraiment mettre ces protections avec le reste de votre linge dans la machine à laver, sans le risque que le sang colle sur d’autres vêtements (d’où la nécessité du rinçage avant de commencer !).

Conclusion

En définitive, faut-il réellement passer aux protections hygiéniques lavables ? La réponse est oui ! Il est évident que les protections jetables sont dépassées par la tendance éco-responsable, surtout qu’elles ne font que nuire à votre santé, votre planète et votre portefeuille. S’il faut réellement les oublier, il nous faut une solution radicale et durable, et cette solution réside dans les protections périodiques réutilisables.

Plus saines, plus confortables, plus économiques, elles offrent tout ce qu’il vous faut pour vivre plus sereinement vos règles, sans devoir détruire le monde ! Alors, que demander de plus ? C’est un investissement que vous ne regretterez certainement pas.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*