Quels sont les « symptômes » d’un cancer du col de l’utérus

ruban rose

Avant l’apparition des premiers signes du cancer du col de l’utérus, des précancéreuses se développent. Le plus souvent, les premiers symptômes apparaissent 10 ans après le développement des lésions. C’est la raison pour laquelle, il est conseillé de procéder par frottis chez un gynécologue afin de dépister à temps cette maladie. Qu’est-ce que le cancer du col de l’utérus et quels sont ses symptômes ?

Les symptômes du cancer du col de l’utérus

Le cancer du col de l’utérus est une tumeur qui se loge au niveau de la muqueuse utérine. Parce que les signes de ce cancer ne se manifestent que tardivement, reconnaitre les symptômes du cancer du col de l’utérus permet un diagnostic précoceIl existe donc certains symptômes qui permettent de reconnaître la présence d’un cancer du col de l’utérus. En premier, il y a les saignements abondants qui surviennent lorsqu’on touche la muqueuse utérine. Si suite à des rapports sexuels vous remarquez des saignements, alors il est préférable de consulter un médecin.

Ensuite, les douleurs prolongées et continues au niveau du bas-ventre peuvent être un signe d’alerte au cancer du col de l’utérus. Les règles douloureuses plus longues et plus abondantes peuvent être aussi des symptômes. En outre, les gynécologues indiquent que les pertes vaginales malodorantes et abondantes peuvent être des signes sérieux d’un cancer du col de l’utérus. Les douleurs au bassin et au dos, les douleurs pendant les relations sexuelles, les gênes pour uriner et les envies incessantes d’aller à la selle peuvent être aussi des symptômes du cancer du col de l’utérus. Lorsque vous remarquez ces symptômes, consultez directement un spécialiste.

 

Les facteurs de risque

Le cancer du col de l’utérus est classé comme le douzième cancer chez la femme. Chaque année, près de 3000 nouveaux cas sont dépistés en France. Il s’agit d’une maladie qui fait suite à une exposition continue à un virus nommé le papillomavirus humains (HPV). Il existe des facteurs de risques qui permettent de manifester la maladie et qu’il faut éviter. On peut citer entre autres, la négligence de se soumettre à un test de Pap le plus souvent possible. Les rapports sexuels à un bas âge, réguliers et non protégés sont des facteurs de risques récurrents du cancer du col de l’utérus. En outre, le fait d’avoir plusieurs partenaires sexuels ou des partenaires qui en ont plusieurs peut être une source du cancer du col de l’utérus. Ensuite, les spécialistes estiment que le fait de prendre des médicaments immunosuppresseurs ou d’être un malade du VIH par exemple peut favoriser la maladie. Les femmes qui fument ou qui prennent de la drogue sont plus sensibles à ce type de cancer. Lorsque vous avez déjà pris du DES (diéthylstilbestrol) ou lorsque votre mère en a déjà prise, vous pouvez facilement contracter la maladie.

 

Qui et quand consulter ?

Selon les spécialistes, le cancer apparaît souvent pour la première fois, entre 40 et 45 ans chez les femmes. Lorsque vous remarquez les symptômes du cancer du col de l’utérus, vous devez directement contacter votre gynécologue. Il fera ensuite quelques examens au niveau de votre col de l’utérus. S’il remarque des anomalies, il réalisera directement dans son cabinet, une biopsie. Il est aussi possible que le gynécologue réalise une colposcopie. Ce cancer comporte un stade précancéreux et 4 stades. Les traitements préconisés par le gynécologue tiennent compte de l’état du cancer chez la patiente. Plus vite il est traité, mieux c’est. C’est la raison pour laquelle il est préférable de faire des consultations préventives régulièrement, mais aussi de contacter le gynécologue au moindre signe. Le cancer du col de l’utérus est une maladie qui tue beaucoup de femmes, alors il faut prendre toutes les mesures pour lutter contre ce mal efficacement.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*