Comment faire une inhalation et quels sont les bienfaits ?

illustration d'inhalation

Les inhalations figurent parmi les remèdes de grand-mère les plus connues et les plus utilisées. Les raisons sont simples : elles sont faciles à faire et elles sont efficaces. Elles permettent en effet, de profiter des nombreuses vertus de plusieurs produits notamment des plantes. Il y a deux sortes d’inhalation : l’inhalation sèche et l’inhalation humide faite avec un inhalateur ou non. Chacun choisit la méthode qui répond à ses besoins et qui convient à ses envies.

Plus d’informations sur l’inhalation

L’inhalation a comme principe d’absorber par les voies respiratoires les substances volatiles ou actifs qui s’échappent d’un produit quand il est chauffé ou quand il est vaporisé sur un support. En général, les produits utilisés pour faire de l’inhalation sont issus de plantes médicinales qui ont des bienfaits thérapeutiques divers. Les plus utilisés outre les plantes brutes sont les huiles essentielles et les eaux florales.

Habituellement, l’inhalation est faite pour soulager les infections des voies respiratoires. Cela peut être un rhume, une sinusite, une bronchiolite, un nez bouché, une allergie saisonnière, etc.

En faisant une inhalation, le patient peut sentir un soulagement presque immédiat bien que cette méthode ne soigne pas tout de suite la maladie. La vapeur qui contient les actifs, une fois inhalée agit sur les fosses nasales jusqu’aux poumons. Elle hydrate les muqueuses, désinfecte et dégage l’appareil respiratoire pour faciliter la respiration.

Pour que les résultats de l’inhalation soient efficaces, l’idéal est de faire cette opération le plus tôt possible. Elle est donc à entreprendre dès la première apparition de symptômes. Elle doit aussi être répétée à plusieurs reprises.

Les différents types d’inhalations

Il y a deux sortes d’inhalation dont l’inhalation sèche et l’inhalation humide qui ne nécessite pas obligatoirement un inhalateur. Ces deux méthodes ont chacune leur spécificité. Elles ont tout de même le même principe et le même objectif.

Inhalation sèche

Cette technique est peu utilisée et est moins connue que l’autre. Elle est pourtant plus rapide et plus aisée à réaliser. Pour ce faire, il faut avoir un mouchoir ou un bout de tissu propre et y verser quelques gouttes d’huiles essentielles. L’opération est simple : il suffit de renifler le mouchoir le long de la journée.

Il est aussi possible de faire une inhalation sèche la nuit en mettant les gouttes d’HE sur l’oreiller. En respirant ces gouttes toute la nuit, l’inhalation est faite.

L’avantage de ce type d’inhalation est qu’elle soit faisable partout et à n’importe quel moment de la journée. Pour optimiser son efficacité, il ne faut pas oublier de se rincer le nez régulièrement.

Inhalation humide

L’inhalation humide est quant à elle, est la technique la plus connue pour décongestionner l’appareil respiratoire. Elle peut aussi aider le patient à apaiser le mal de gorge. L’idée cette fois-ci est de humer les actifs du produit utilisé au travers de la vapeur d’eau.

Pour ce faire, il faut se servir d’un inhalateur. Il est aussi possible d’utiliser une casserole. Une fois que l’eau soit bien bouillante, on y ajoute les huiles essentielles ou d’autres produits à inhaler. Pour inhaler les vapeurs, la casserole doit être mise sur une table avant de se couvrir la tête en-dessus et respirer les vapeurs qui s’en échappent.

Une inhalation doit durer combien de  temps ?

Pour l’inhalation sèche, il n’y a pas vraiment de règle concernant la fréquence. Quelques reniflements entre quatre et cinq fois dans la journée suffisent. Cela permet d’humer les actifs de la plante.

Pour ce qui est de l’inhalation humide, l’opération dure généralement entre 5 à 10 minutes. L’idéal est de la répéter une à deux fois par jour. En cas de gros rhume, il est possible d’en faire trois fois. Le moment idéal est le soir.

Les inhalations doivent être faites dans une durée de trois jours en moyenne.

Les précautions et contre-indications

Il faut noter que toutes les huiles essentielles, les plantes ou les eaux florales ne peuvent pas être utilisées pour faire une inhalation. Les produits considérés comme trop forts peuvent causer des effets négatifs pour les muqueuses. Ce sont généralement les plantes qui contiennent des phénols qui sont contre-indiquées pour ces pratiques. Les huiles essentielles de basilic exotique, du giroflier, de la cannelle de Ceylan, de la sarriette des montagnes, de l’origan compact ou encore du thym ct thymol en sont des exemples.

Certaines personnes ne peuvent pas non plus faire d’inhalation que ce soit une inhalation sèche ou bien celle qui utilise un inhalateur. Ce sont celles qui ont des allergies, qui souffrent d’asthmes ou qui sont victimes d’épilepsie. Il en est de même pour les personnes fragiles dont les femmes enceintes ou allaitantes et les enfants de bas âge.

En ce qui concerne le dosage des produits à utiliser, il faut bien respecter les doses prescrites par les professionnels. Pour les huiles essentielles en particulier, quelques gouttes suffisent en général.

Quels produits utilisés pour l’inhalation ?

Le choix des produits ou des plantes utilisées pour l’inhalation doit être ajusté aux bienfaits souhaités et donc aux maladies à soigner.

Pour soulager une toux sèche, l’eucalyptus, la lavande, le ravintsara et la camomille sont les plus efficaces. Elles peuvent être utilisées brutes, sous forme d’huiles essentielles ou bien d’eaux florales.

Pour le traitement du mal de gorge, l’huile essentielle d’arbre à thé fait partie des plus prisées. Elle peut être coupée avec du pin sylvestre, de la lavande ou d’HE d’agrumes.

Pour décongestionner un nez bouché ou soulager une sinusite, les huiles essentielles de pin sylvestre, le niaouli, l’eucalyptus radié représentent des solutions parfaites. Elles dégagent les narines et soulagent les sensations de brulure au niveau des sinus.

En cas de toux grasse, l’huile essentielle d’eucalyptus globulus est un fameux remède efficace. Utilisée en inhalation sèche ou en inhalation humide, elle permet de fluidifier l’appareil respiratoire et de stimuler la production de mucus.

Pour le traitement de la laryngite, l’inhalation sèche avec des huiles essentielles d’eucalyptus, de pin sylvestre, de lavande ou encore de menthe poivrée est très conseillée.

En complément de l’inhalation, le patient peut aussi prendre certains de ces produits en tisane.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*